Accueil > L’infirmerie... > Infirmière en grève : Mode d’emploi

Infirmière en grève : Mode d’emploi

samedi 10 novembre 2007, par soph ki peu

Oui, oui ! Je sais une infirmière en grève ça relève de l’utopie...
Comme tout salarié notre droit de grève est reconnu par le préambule de la Constitution, mais il est effacé par notre devoir de service minimum..
Par exemple : le 20 novembre prochain un préavis de grève est déposé pour l’ensemble de la fonction publique. Je veux être gréviste mais au nom de la continuité des soins et du service minimum je serai "mise en demeure de travailler" quelle belle expression pour balayer toute possibilité d’action sociale (Je collectionne les miennes et les affiche dans les chiottes.. ça m’inspire..). La preuve en est : en 11 ans de pratique je n’ai pu être gréviste non réquisitionnée qu’une seule fois !.. L’avantage c’est que je ne perds rien de mon salaire.. L’inconvénient.. Mon droit de grève ne sert pas à grand chose.. Aucune perturbation, aucun dérangement.. Aucune raison de s’inquiéter de la gronde des nurses bobonnes bien connes.

Jusque là on est d’accord.. La grève ce n’est pas très efficace, mais regardons les choses à la loupe.

Même si nous sommes assignées nous sommes tout de même comptabilisées en tant que grévistes et de ce fait un nombre important de grévistes, même réquisitionnés, a plus d’impact sur le "mouvement" de grève. De plus il demande un certain nombre de formalités administratives dont nos cadres de santé et administratifs se passeraient bien. Alors voilà comment on peut tout de même aller titiller nos têtes directives. Sans efforts aucun, il suffit juste de prendre sur soi pour que notre complexe de culpabilité chronique se taise un peu..

femmes en blanc en greveComment fonctionne la mise en demeure de travailler ou assignation, communément et abusivement nommée réquisition (ce n’en est pas une vu que seul le préfet peut prendre une telle mesure.. la mise en demeure est une mesure spécialement adaptée à nous autres agents fonctionnaires liés au service minimum)
Tout d’abord il nous faut un préavis de grève obligatoirement déposé par un syndicat au moins 5 jours francs avant le début de la grève.
Vous n’êtes pas tenus de prévenir votre employeur 5 jours à l’avance que vous serez gréviste, vous pouvez très bien le dire la veille à votre cadre style à 14h15 quand vous partez à 14h30. C’est à lui de faire le nécessaire pour que votre assignation vous soit remise en main propre.. Avant que vous ne deviez prendre votre poste !. En gros si vous êtes du matin le lendemain et que vous n’avez pas eu votre assignation avant de partir la veille tant que vous ne recevez aucun papier officiel en main propre vous n’êtes pas tenue de venir le lendemain et ce dans toute légalité !.. Et ça je peux vous garantir que ça viendrait perturber un peu la vie des services.. Surtout si le mouvement devait durer un peu..
Voilà déjà un petit moyen de pression, mais aussi minime soit-il si nous l’appliquons toutes à la lettre ça fera déjà cogiter certains.. Ben tiens donc mais qu’est ce qu’il leur prend aux infirmières de vouloir user de leur droit fondamental ??!!

Le service minimum..
Mais qu’est que c’est donc que le service minimum : "la jurisprudence qui s’est dégagée ces dernières années tend à l’application d’un service minimum tel qu’il est assuré un dimanche ou un jour férié"
Nous faisons face bien souvent à des réquisitionnements abusifs de la part de la direction.. Faudrait surtout pas ralentir un temps soit peu l’activité hospitalière, car tout de même si nous sommes absentes elle s’en retrouvera ralentie, notamment au niveau des blocs opératoires où la possibilité de grève réelle reste plus envisageable que dans les services de soins. Par exemple une intervention de la cataracte n’est pas une intervention urgente, mais programmée, elle peut donc être décalée sans pour autant porter préjudice au patient, par contre cela aura une incidence sur l’activité économique du CHU.. Et grand dieu ! Perdre une journée de rentabilité en terme de pépéttes ça perturbe le sommeil du directeur des finances.. Pas bien ça !..
La question que nous sommes en droit de nous poser sont : les service "hôpital de jour" sont-ils actifs le WE ? Les interventions chirurgicales, les consultations sont-elles prévues le WE ?..

Que faire en cas de réquisition abusive ?
Contacter un syndicat (le mien c’est le meilleur !!) pour qu’il fasse des démarches auprès du tribunal administratif. Une plainte peut être déposée contre la direction.. Ce qui ne fera pas plaisir aux grands patrons..

La retenue sur salaire..
Ben vi faire la grève ça coute des sous.. Et on peut pas dire que les temps soient propices au gaspillage. Dans la FPH* nous avons la possibilité de ne faire grève qu’une heure.. ou deux.. ou trois. La retenue sur salaire sera fonction des heures de grève. Pas obligée donc de sacrifier une journée entière de salaire..

Bon j’espère avoir allumé quelques unes de vos lumières. Et au final si nous appliquions ne seraient déjà que ces petites règles.. Une grève infirmière ne prendrait-elle déjà pas un peu plus de couleurs ??

FPH* Fonction Publique Hospitalière

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?